«Je voudrais vous exhorter à tout quitter, mais je ne puis aller jusque-là. Si donc vous ne pouvez abandonner tous les biens du monde, possédez les biens de ce monde sans être possédés par eux dans le monde ; que les richesses de ce monde soient possédées mais ne vous possèdent pas. Que votre âme demeure maîtresse de ce que vous possédez, de peur que cette âme, vaincue par l’amour des biens terrestres, ne soit elle-même possédée par eux. Usez donc des biens temporels, mais désirez les biens éternels; usez des biens temporels pendant votre voyage sur la terre, mais ayez le désir des biens éternels pour le terme. Il faut regarder de biais, pour ainsi dire, tout ce qui se fait en ce monde; les yeux de notre âme doivent se porter devant nous, attentivement fixés sur les biens vers lesquels nous marchons.»

(Grégoire le Grand, Homélies sur l’Évangile, XXXVI, 11. Cerf, col. Sources chrétiennes no 522)